La crème anglaise est l’une des cinq crèmes mères de la pâtisserie française (avec la crème pâtissière, la crème d’amande, la crème au beurre et la crème fouettée). C’est-à-dire une crème de base à partir de laquelle on peut former d’autres crèmes.

Compositions et crèmes dérivées :

Sur le choix du lait ou de la crème liquide :

La crème anglaise, par tradition, doit obligatoirement être faite avec du lait et non un mélange de crème et lait, ou uniquement de crème. Cependant, rien n’empêche l’utilisation de cette dernière. La crème sera plus riche et un peu plus épaisse.

Quoi qu’il en soit, la quantité ne change pas, ici 250 g. Par exemple, 125 g de lait et 125 g de crème. Etc.


Sur la très célèbre phrase : Ne dépassez pas les 84 °C :

Celle-ci doit se faire avec précaution ! Toute la difficulté réside à ne pas dépasser la température de 84 °C.

On parle souvent de la coagulation de l’œuf pour répondre à la question. C’est vrai, mais un peu incomplet. Voir d’éviter la coagulation de l’œuf. Ça par contre, c’est faux.

L’œuf est constitué de blanc et de jaune. Ces deux éléments contiennent des protéines qui coagulent à des températures différentes :

  • Le blanc, seul, commence sa coagulation à 60 °C et devient solide à 65 °C.
  • Le jaune, seul, commence sa coagulation à 62 °C et devient solide à 70 °C.
  • L’œuf entier coagule à environ 69 °C.

70 °C pour le jaune. Mais alors du coup, 84 °C, on est un peu foutu si on va jusqu’à cette température ?!

Et bien non, car il se trouve que le jaune ne cuit pas tout seul. Le lait ou la crème qui l’accompagnent, grâce aux matières grasses qu’ils contiennent, retarde sa coagulation qui se situe désormais aux alentours de 80 °C.

Mais les œufs ne sont pas les seuls à contenir des protéines, le lait et la crème aussi. Et celles-ci terminent également leur coagulation aux alentours de 80 °C. D’où la nécessité de poursuivre jusqu’à cette température.

Mais alors que se passe-t-il si on dépasse 84 °C ? Et bien la crème anglaise va commencer à grainer, les protéines du lait et des jaunes se solidifiant en petites particules. Et là, c’est foutu. Bien que l’on puisse la rattraper en lui donnant un coup de mixeur plongeant, ce qui aura pour effet de lui rendre son côté lisse. Mais elle perdra son onctuosité et sera trop fluide.

Pour une sauce ça passe. Pour réaliser une crème bavaroise par contre, c’est un peu limite. Il vaut mieux recommencer.


Sur la Maîtrise de la Cuisson :

Le pourquoi du 84 °C expliqué ci-dessus, comment alors mettre toutes les chances de son côté ?

Règle n°1 : Mélangé et vanné 

Pour commencer, quelle que soit la technique, on opte pour une cuisson douce à petit feu. Ensuite, on mélange constamment et pas juste de temps en temps. Traditionnellement à la spatule en bois, mais une spatule en exoglass ou plastique fera parfaitement l’affaire. Et en vannant. C’est-à-dire en mélangeant en formant des 8, pour que la crème soit uniformément cuite.

Règle n°2 : Cuisson directe ou indirecte ?

Si on travaille avec de petites quantités (moins de 150 g de lait), il est préférable de cuire la crème au bain-marie plutôt que directement sur le feu. Avec une grande casserole, l’épaisseur de liquide étant trop faible, la crème chaufferait trop rapidement. À l’inverse, avec une casserole toute petite, il deviendrait difficile de mélanger convenablement.

Règle n°3 : Contrôler la température

Pour contrôler la température, deux options :

  • Le thermomètre de cuisson. Aujourd’hui, on en trouve très facilement en grande surface pour des sommes relativement modique (une quinzaine d’euros). Je ne peux que vous encourager à en faire l’acquisition si vous souhaitez vous lancer dans quelques réalisations pâtissières.
  • La Cuisson à la Nappe. Si on ne possède pas de thermomètre, c’est là que la spatule en bois a son utilité. La cuisson à la nappe signifie qu’on cuit la crème jusqu’à ce qu’elle nappe la spatule. Avec le doigt, on trace alors un sillon dans la crème nappant la spatule. Si la crème recouvre le sillon, alors la cuisson n’est pas finie. Au contraire, si le sillon reste propre, alors, il est temps de s’arrêter.

Visuellement, une méthode permettant de savoir quand on arrive à la bonne température consiste à observer qu’au cours de la cuisson une mousse se forme sur le dessus de la crème. Lorsqu’on atteint la température voulue, cette mousse disparait.

Mais ça reste assez empirique.

Achetez un thermomètre.

Les Crèmes dérivées :

La Recette de Base :

Pour environ 700 g de crème.

Ingrédients :

  • Lait : 500 g
  • Jaune d’œuf : 100 g (environ 5 jaunes)
  • Sucre : 90 g
  • Vanille : 1 gousse

Matériel :

  • Casserole
  • Maryse
  • Spatule
  • Fouet
  • Balance
  • Cul-de-poule
  • Thermomètre
  • Bac
  • Papier-film

Processus :

Chauffez le lait avec la vanille et la moitié du sucre. En parallèle, mélangez les jaunes d’œufs avec l’autre moitié du sucre. Il n’est pas nécessaire de les blanchir ici.

Versez une partie du lait chaud sur l’appareil et mélangez délicatement pour délayer le mélange.


Reversez dans la casserole et portez très doucement à 83 °C en mélangeant constamment (vannage).

Vérifiez la cuisson en tirant un trait sur la spatule avec le doigt. La crème doit napper la spatule (le passage du doigt sur la spatule doit rester visible, la crème ne coule pas dessus).

Débarrasser immédiatement dans un bac pour que la crème ne continue pas de cuire par inertie dans la casserole. Continuez de mélanger pour refroidir plus rapidement et éviter la formation d’une pellicule.

Vannage d’une crème anglaise (vidéo) :

Les autres recettes des crèmes anglaises et de ses dérivées :

  • Lemon Curd de Philippe Conticini
    Lemon Curd de Philippe Conticini
  • Crème Bavaroise Chocolat et Praliné
    Crème Bavaroise Chocolat et Praliné
  • Crème Bavaroise au Caramel
    Crème Bavaroise au Caramel
  • Crémeux Pistache
    Crémeux Pistache
  • Crème Bavaroise au Praliné
    Crème Bavaroise au Praliné
  • Crème Bavaroise à la Vanille de Christophe Felder
    Crème Bavaroise à la Vanille de Christophe Felder
  • Crème Anglaise Traditionnelle
    Crème Anglaise Traditionnelle
  • Crémeux au Chocolat
    Crémeux au Chocolat
  • Crémeux à la Vanille de Pierre Hermé
    Crémeux à la Vanille de Pierre Hermé

Les pâtisseries avec de la crème anglaise :

Laissez un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *