Petite et Grande Histoire de la Pâtisserie

La betterave, le gianduja et Napoléon

En 1806, Napoléon alors empereur des français, dans le but d’affaiblir le Royaume-Uni décrète un blocus inédit sur toute l’Europe Continentale. Ce dernier se voit alors refuser l’accès aux grands ports européens et ne peut y décharger ses marchandises.

Les pays alliés à l’Empire n’ont d’autre choix que d’acheter leurs denrées à la France à des prix souvent exorbitant.  Coûteux et peu efficace il participera au contraire au déclin de grands ports français comme Bordeaux ou Nantes.

Mais ce blocus permettra la découverte de deux produits phares de la pâtisserie, le sucre de betterave.

En bleu les pays alliés à la France et subissant le Blocus Continental
Remplacer le sucre de canne :

Jusqu’au blocus le sucre de table était issu de la canne à sucre et importé par bateau principalement par le Royaume-Uni. De plus les navires français faisant la liaison avec la Martinique ou la Guadeloupe devaient à leur tour subir un blocus de représailles anglais.

Napoléon encourage alors la fabrication du sucre issu de la betterave en offrant primes et autres avantages aux cultivateurs qui se lanceraient dans cette culture. Les champs de betterave poussent comme des petits pains en France et il finira par supplanter le sucre de canne.

Du chocolat coupé à la noisette !

En Italie c’est l’approvisionnement du chocolat qui pose le plus de problèmes aux pâtissiers. Ils décident alors de remplacer une partie du chocolat (au lait) par de la pâte de noisettes confectionnée avec du sucre et des noisettes (du Piémont bien évidemment). Le gianduja, tant pour tant de chocolat au lait, sucre glace et noisettes vient de naître.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *