Cakes & Gâteaux

Far… presque breton

En rangeant nos placard nous avons découvert un (vieux) bocal de pruneaux à l’armagnac. L’ayant ouvert et vérifié qu’ils étaient encore bons.

Le far breton était alors tout indiqué, d’autant que j’avais sous la main le  très beau livre sur la cuisine et le terroir breton de Christophe Adam, Ma Bretagne

J’ai modifié peu de chose, laissant le rhum de côté (l’armagnac ayant bien vieilli c’eut été un (brin) trop alcoolisé !) et remplaçant le sucre blanc par du rapadura.

Pour 8 à 10 personnes

Préparation : 20 minutes
Cuisson : 1 heure
Difficulté : Les Yeux Fermés

Ingrédients & Matériel :

Far :

  • Farine : 250 g
  • Sucre (Rapadura) : 120 g
  • Oeuf : 240 g (4 oeufs)
  • Beurre salé : 100 g
  • Vanille : 4 gousses
  • Lait (entier) : 1 l
  • Pruneaux : 500 g
  • Rhum (fac) : 20 g

Matériel de base :

  • Cul de poule
  • Balance de pesée
  • Maryse & Spatule
  • Corne à pâtisserie

Matériel spécifique :

  • Plat à gratin (35*25 cm)

Déroulé

Pâte à Far :

Préchauffez le four à 180 °C (chaleur tournante)

Faites fondre le beurre à feu doux. Je n’avais plus de beurre salé j’ai donc fait fondre du beurre doux avec 4 g de sel (vanillé), le beurre salé étant composé d’au moins 3% de sel.

Mélangez la farine avec le sucre rapadura et ajoutez les oeufs un à un en fouettant jusqu’à obtenir un mélange homogène.

Ajoutez le beurre fondu et les grains des gousses de vanille. Décidément c’était la dech ce jour là, plus de gousse de vanille…, je les ai remplacées par de la vanille en poudre et un peu d’extrait de vanille liquide. Mélangez.

Versez le lait en filet tout en mélangeant continuellement jusqu’à obtenir une pâte semi-liquide, un peu comme une pâte à crêpe. C’est à ce moment que vous pouvez ajouter le rhum.

Cuisson du Far :

Beurrez le plat à gratin puis au choix :

  • Saupoudrez de sucre (roux, blanc…) pour donner une saveur caramélisée au far.
  • Saupoudrez de farine pour permettre de démouler plus facilement le far (si vous en éprouvez le besoin).

Déposez sur tout le plat les pruneaux avec les noyaux (sans ce serait un sacrilège) puis versez par dessus la pâte.

Enfournez pour une heure. Laissez refroidir avant de déguster.

Contrairement à la plupart des pâtisserie, ce gâteau se bonifie avec l’âge. Vous pouvez donc le conserver quelques jours au frais. Mais à priori il ne tiendra pas jusque là !

Pour aller plus loin

Le far breton peut se faire nature, aux pruneaux, à la pomme… Il est l’équivalent du clafoutis qui lui est originaire du limousin et garni de cerises.

Si on souhaite varier les fruits de ce dernier (pomme, poire, abricot…) on réalise alors une flaugnarde (ou flognarde).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *