Masse, volume & Associés

Une brève histoire du volume

Introduction :

Après avoir parlé de la masse, il est temps de s’attaquer à l’autre grandeur très utile en cuisine : le volume. Là encore, si intuitivement chacun visualise ce qu’est un volume, il apparaît à nouveau difficile d’en donner une définition convenable. 

Définition :

Le volume représente l’extension de l’objet dans l’espace qui le contient. On le note V et son unité officielle (en science on dira qu’elle appartient au système international) est le mètre-cube (m³)

Première information donc, le litre n’est pas l’unité officielle du volume !

Pour faire simple donc le volume d’un objet et la place qu’il occupe dans l’environnement dans lequel il se trouve.

Le mètre-cube :

Tout comme le kilogramme pour la masse, le mètre-cube a été introduit lors de la première convention des poids et mesures en 1795. Dérivée du mètre il est définie comme la capacité d’un cube d’un mètre de côté. 

Attention aux conversions du m³ à ses sous-unités (dm³, cm³, hm³…) :

Il y a donc un facteur 1000 entre chaque unité (1 m³=1000 dm³=1 000 000 cm³…)

Le litre :

Lors de la création du mètre et de son utilisation pour définir le volume, il a été décidé de donner au décimètre cube le nom de litre, dérivé du litron, une ancienne mesure de capacité. Probablement pour éviter le côté perturbant d’une unité à puissance et pour permettre d’avoir une unité de volume pouvant se diviser en multiples et sous-multiples de 10 en 10.

Le litre est défini comme étant la valeur d’un décimètre-cube. On le note avec la lettre « l »  minuscule : .

Pour éviter qu’on ne le confonde avec le nombre « 1 » on accepte de l’écrire en majuscule « L« . C’est une exception tolérée par le Bureau International des Poids et Mesures (BIPM) car en théorie la majuscule est réservée aux unités dérivées du nom d’un scientifique (N pour Newton, W pour Watt, A pour Ampère…). 

On a donc :

Pour finir un volume se mesure à l’aide de divers instruments plus ou moins précis. On citera en cuisine le verre doseur et en chimie, dans l’ordre croissant de la précision :

  1. Le bécher ou l’erlenmeyer gradué
  2. L’éprouvette ou la pipette graduée
  3. La fiole ou la pipette jaugée

Attention une balance ne permet pas de mesurer un volume ! Mais ça ce sera le sujet d’un prochain article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *